Les monuments
Other languages

La collégiale de Saint-Junien

La collégiale de Saint-Junien est une des plus grandes et des plus anciennes églises romanes limousines. Elle était le centre d’un vaste ensemble ecclésial (cloître, maison épiscopale…) aujourd’hui disparu. Construite en granit de pays, en quatre campagnes successives, du 11e au 13 e siècle, le plan établi primitivement a toujours été respecté, ce qui en fait une église homogène mais qui porte la marque incontestable des époques de construction depuis le roman jusqu’au gothique naissant.

Visite virtuelle

  • Le tombeau monumental abrite le sarcophage de saint Junien. Ce magnifique tombeau du 12e siècle, richement sculpté dans le calcaire de La Rochefoucauld a la forme d’un reliquaire géant, 3 de ses faces sont couvertes de sculptures qui rappellent la fresque de la nef.
  • Une intéressante série de statues polychromes dite « le Petit Paradis » orne les bases des piliers de la nef et de la croisée. Ces statues des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles sont en pierre ou en bois.
  • Une châsse reliquaire émaillée du XIIIe siècle.
  • La chapelle Saint Martial et sa mise au tombeau : la mise au tombeau fut offerte par le Chanoine Formier à la fin du XVe siècle. Les personnages de la mise au tombeau furent décapités sous la révolution à l’exception de Saint Jean. Le Christ est allongé sur un tombeau, on reconnaît la Vierge et saint Jean au centre, trois saintes femmes, les deux porteurs : Joseph d’Arimathie et Nicomède. La chapelle Saint-Martial ne se visite pas.
  • Le Christ en Croix du XIIe siècle en bois peint récemment restauré.
  • La statue de Saint-Junien : une statue monumentale du XIXe siècle (terre cuite), représentant Saint-Junien terrassant le dragon, est visible côté nord de la nef, elle fut offerte par les paroissiens en 1896
  • Le buste reliquaire de Saint-Amand : un buste reliquaire en bois doré et polychrome de St Amand daté du XVIIe siècle est exposé les jours de fêtes et durant la période des Ostensions. Il a été récemment restauré.

 


 

La chapelle du cimetière

Cette chapelle autrefois dédiée à Saint Guignefort fut rebâtie au XIIIe siècle et dédiée à Sainte Madeleine. Elle fut le siège de la confrérie des Pénitents bleus du XVIIe siècle au XIXe siècle. Le retable a été récemment restauré. Ce bâtiment est ouvert lors des journées du patrimoine.

 


 

Le cimetière

La partie la plus ancienne a récemment été restaurée. Les plaques funéraires de porcelaines typiques des cimetières limousins sont à admirer.

 


 

La chapelle Notre-Dame du pont

Cet édifice du XVe siècle, de style gothique flamboyant fut agrandi grâce aux libéralités de Louis XI et restauré à la fin du XIXe siècle. Construite à l’extrémité d’un vieux pont du XIIIe siècle, la chapelle Notre Dame du Pont est d’un gracieux style gothique flamboyant. La façade a été récemment rénovée. Le bâtiment est ouvert lors des journées du patrimoine.

  • Statue de la Vierge datant de la fin du XIIe siècle.
  • Sa façade : une porte double avec des écussons armoriés, orné d’un arc en accolade et de pinacles fleuronnés et d’une rosace.

 


 

Le Pont Notre Dame

Ce pont du XIIIe siècle est constitué de 6 arches en arc brisé avec des « avant-becs » protecteurs vers l’amont de la Vienne.

A voir : Un agneau sculpté visible à mi chemin du pont.

 


 

Les terrasses de l’ancienne abbaye de Saint-Amand

Vestiges de l’église datant du XIe siècle, aujourd’hui le croisillon nord, la moitié du mur du chevet et deux salles basses voûtées sont encore visibles. Ce lieu est considéré comme le berceau de la ville selon les chroniqueurs. Les terrasses ont été récemment rénovées. Elles sont accessibles au public. Un programme d’animation est proposé en juillet et en août.

 


 

Le pont Saint-Elisabeth

Ce pont qui permettait le franchissement de la Glane sur l’ancienne route du sel reliant Lyon à l’océan Atlantique, présente la particularité d’être coudé. Construit au XIIIe siècle en belles pierres de taille, il est constitué de trois arches en arc brisé.

 


 

La Maison des Consuls

Bâtisse bourgeoise du XVIe siècle. Cette maison était sans doute le domicile privé d’un des Consuls. Napoléon, de passage à Saint-Junien y dormit en 1807. La façade restaurée montre de très belles têtes sculptées appelées modillon.